toyota 1-04344

Les moyens de voyager en Nouvelle-Zélande ont, tu t’en doutes bien, été soigneusement analysés car les options sont nombreuses. Il s’agissait de choisir celui qui correspondrait le mieux à nos besoins, nos ambitions et notre budget.

Les transports publics ont pour une fois rapidement été écartés. Les fréquences des bus sont trop légères, parfois un trajet par jour seulement entre deux villes. Autant dire qu’on est sûr de le rater. Même chose pour les avions et les bateaux, qui en plus, les bougres, ne relient que les aéroports ou les ports. Si on rajoute à cela des tarifs très créatifs (on m’a proposé un trajet de bus de 80km pour 150$!), on comprendra qu’on est vite passé à la piste du véhicule privé.

Là, c’est plus simple. Tu vas où tu veux quand tu veux et tu n’as plus à porter ton bardas qui se promène tout seul dans ton coffre. C’est bien sûr ce qu’il nous faut, pour 6.

gros mobilhome-04379Nous avons donc arpenté les sites des différents loueurs de van, campervan, camping-car et motorhome à la recherche de la perle rare. Qui effectivement est rare. Car si en Inde la vue d’un tuk-tuk chargé d’une famille complète avec ses bagages provoque à peine un haussement d’épaule; en Nouvelle-Zélande cela déclencherait le courroux du premier flic croisé, celui-ci ayant encore toutes fraiches dans sa mémoire des pages entières du code de la route ayant trait au nombre de ceintures de sécurité par rapport au nombre de passagers et autres considérations technico-sécuritaires.

Donc, il nous faut minimum 6 places assises équipées dans les règles.

Cela existe. La location pour 6 semaines revient au prix d’une twingo neuve, même si il n’y a pas de concessionaire Renault à moins de 10 000km d’ici. Fausse piste donc.

On se tourne donc vers le marché de l’occasion, avec l’idée de revendre le véhicule à la sortie. Les formalités administratives se règlent en une demi-heure à la poste et sont déconcertantes de facilité, de plus, le marché de l’occaz’ qui roule est abondant nous dit-on.

combi vw-04393

Et effectivement, il y a plein de vans et camionnettes. On trouve bien sûr plus de Nissan, Mitshubishi et Mazda que de Combi VW, fantasme absolu du surfeur qui sommeille en chacun, mais bon; on pourrait s’y faire. L’idée n’est pas neuve. Beaucoup d’autres l’ont eu avant nous. A tel point que tous les vans que nous avons vus ont été transformés pour offrir tout le confort moderne aux voyageurs itinérants qui rêvent d’arpenter le pays du mouton. Il y a donc un lit, des espaces de rangement, un coin cuisine, une réserve d’eau, parfois même des chiottes. Mais, toutes ces merveilles se font au détriment de l’indispensable: ils ont virés les banquettes. Ces vans ne sont plus utilisables que par 2 personnes. Trois grand maximum en invitant Jean-Pierre pour tenir la chandelle. Le rêve de la roulotte, la cabane sur roulette s’est évanoui.

van basic 2-04346

Soyons francs, on a un moment pensé aller faire le tour des casses pour retrouver la banquette qui irait bien dans un van, et de virer une partie de l’équipement. L’idée de reconstituer la paire était séduisante mais vraiment trop casse-gueule dans le délai (2 jours, la gueule dans le jetlag) qu’on s’était fixé.

Dans la région de Queenstown, où nous avons atterri, les sites de petites annonces nous ont finalement aiguillé vers un break toyota bleu de ’96. Sur l’échelle du glamour, il doit se situer quelque part entre une boîte de ravioli et un vieux numéro de Télémoustique.

Mais on s’en fout. Son toit ouvrant, ses 268987km, son airco et ses 7 places assises avec ceintures nous ont séduits.

My Toyota is Fantastic! exercice catharsistique de la conduite à gauche!

toyota 2-04339

ps: Si tu connais quelqu’un qui cherche une super bagnole sur Auckland mi-mars, fais passer le message. Il y a un bon deal à faire.

arrière toyota-04191

My Toyota is Fantastic

2 réflexions au sujet de « My Toyota is Fantastic »

  • J’adore vos commentaires sur la recherche de votre véhicule, super et bonne route aux cracks. Gros bisous à tous.
    Mamy

  • Bonjour vous six,

    Je sors enfin de l’ombre pour sauver l’honneur et confirmer l’excellente réputation du break Toyota en question! Christian et moi en avons été les heureux utilisateurs pendant dix ans, alors qu’il en avait déjà dix derrière lui (certes pour de gentils trajets Mons-Saint-Ghislain mais tout de même). Une fois reçu de mon beau-frère, nous lui avons fait enduré un aller-retour au Portugal dont la région du Tras-os-montes, pas de la bibine ne en terme de montée! Jamais de soucis, confortable comme une charentaise et moteur incontrariable! Quand la boîte de vitesse à finalement lâché, après d’autres belles aventures, devant…l’ULB avenue Franklin Rossevelt, nous fûmes bien tristes! J’ajoute que ma machine à coudre et aussi une Toyota et fonctionne malgré ses quarante ans, à merveille!
    Haut les cœurs donc les amis! Ah si on y était, on la reprendrait!
    Bon voyage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *