On a d’abord passé une petite semaine à Bangkok, histoire d’encaisser un méchant décalage horaire, de se procurer le visa pour la Birmanie, de se reposer un brin au bord d’une piscine, de se refaire un petit dressing de printemps. Hum hum, en fait, les pieds des kids ça grandit en 6 mois et les T-shirt ont été mis à rude épreuve. Reste à trouver les tailles qui vont bien: nos formats ne sont pas aux normes par ici.

sukhotai 1-1
Paix contagieuse à Sukhotai

Impressions mêlées de fascination pour une ville entre mondialisation bling bling et tradition ylang ylang.

– des transports qui défilent en tous sens du tuk tuk au skytrain en passant par la navette sur le fleuve, ça s’agite à tous les étages, smartphone à la main.

– une moiteur assommante quand elle se greffe au jetlag.

– des délices et des mets aux textures et saveurs inconnues à tous les coins de rue.

– des centres commerciaux fourmillant d’une foule déterminée. De la salvatrice climatisation partout et différents complexes pour différents niveaux de vie. On passe d’un centre commercial proche du marché au rutilant ensemble qui vend des rolls en son troisième étage.

– des couples malassortis et des transgenres assumés, méga questionnements des enfants en prime.

– le palais royal, son armée de bouddha, ses temples exubérants et son peuple de touristes chinois comblé par le doré sur tranche et que la chaleur n’assomme pas, dommage.

– des trésors de boutiques que l’on voudrait dévaliser (mais nos sacs sont déjà bien remplis, merci!)

output_qDBaLA
révision de l’alphabet dans un centre commercial
BKK palais royal-1
palais royal BKK

Donc on repassera au cours de notre périple sud-est-asiatique par ce hub, certes parce qu’il est incontournable dans les connexions mais aussi parce que ça nous a bien plu comme ambiance.

On a refait nos sacs pour sauter dans un train vers Ayutthaya. Et là on a retrouvé toutes les sensations (comme les joueurs de tennis) du grand voyage. Les sacs. Le train. Les habitués intrigués par notre troupe. Le nom des gares dans un alphabet indéchiffrable. Et finalement l’arrivée à destination… Tout le wagon et le contrôleur, sont venus nous dire « c’est ici! ». A deux pas, notre jolie guesthouse dans une maison traditionnelle en bois. Une belle journée pour découvrir les ruines de  cette ancienne capitale, prang, stupa et chedi, et bouddha de briques à l’enduit décrépi… On se dit qu’on se rapproche du faciès du bouddha de notre cheminée à la Villa des Fleurs. C’est un grand jeu du voyage; tenter de retrouver l’origine de ce gros caillou dégoté sur un marché au puces en 2003. C’est un peu le jeu des 28.000 différences. Mais ici à Ayuttayah, quelques choses dans son expression nous est connu… Let’s see the others!

ayuttaya-1

Puis, nous avons pris un bus jusque Sukhotai et logé dans la vieille ville. Du coup, on a déambulé dans les vestiges par épisode, alternant avec une séance d’école et un tour au marché, puis admirant le déclin du jour sur ces silhouettes impassibles. On a adoré ce site, où on circule tranquillement en vélo ou à pied, pas d’assaut de vendeurs de souvenirs made in China, juste quelques touristes ébahis et des jardiniers et jardinières qui bichonnent les lieux.

sukhotai sunset-1

Selon le guide, on n’était plus qu’à quelques encablures de la frontière birmane… Dans la réalité, notre trajet vers la bourgade frontalière de Mae Sot, c’était un changement d’un bus à un mini-van dans une confusion totale des informations et finalement une halte ressourçante avant d’éprouver le passage de frontière par la terre.

On a donc modifié notre programme. Pendant les heures sur les routes néo zélandaises, on s’est dit qu’on aurait pas le temps de parcourir tous ces pays. Qu’on a appris à voyager à 6, à faire des choix, renoncer et ralentir parfois. En conséquence, on a choisi de privilégier les pays qui changent, très vite, pour saisir au vol (deuxième métaphore tennistique!) et dans l’urgence cette authenticité que le temps risque d’écorner.

On a 28 jours de visa pour sillonner la Birmanie/Myanmar, retour sur Bangkok avant de filer vers le Laos et le Cambodge, avant de faire le break (!!!) dans le Sud du Cambodge ou au retour en Thailande.

Et puis Bruxelles-Forest!

Dix jours en Thailande

5 réflexions au sujet de « Dix jours en Thailande »

  • Grâce à Kathleen, j’ai suivi jour après jour votre fabuleux voyage, bravo pour les commentaires pertinents et savoureux. Quel bonheur que de vivre tous ensemble au cœur de la nature !!!!! Je suis émerveillée de voir la maturité de vos enfants et l’éducation que vous leur donnez . Ils rayonnent de joie de vivre . Quel superbe reportage et des paysages idylliques !!!! Bonne continuation. E N J OY IT !!! Sonia
    Je suis toujours aussi émerveillée de vos reportages, vous direz que je me répète, mais c’est fabuleux. J’adore les sourires de vos enfants. Sonia se joint à moi pour vous embrasser de tout cœur.
    Mamy.

  • WAW, on en prend chaque fois plein les yeux et on ne s’en lasse pas. Un merci tout spécial pour les métaphores tennistiques. LOVE Anne

  • Aah la thaïlande, là où le pire et le meilleur se côtoient….
    Pour les bus, pareil l’année passée…. les indicateurs sont pas top-top…!
    Le street food incomparable, myum myum !
    Mais partout et toujours…. le sourire de Bouddha….
    Merci les amis de réveiller toutes ces sensations !
    bizettes à tous !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *