moelleuse couverture-07121
vendre des couvertures, c’est démontrer leur confort et nous inspirer la plénitude

 

Notre périple birman s’est terminé (bouhouhou, on vous a dit qu’on avait aimé?) par 5 jours à Mandalay, deuxième ville du pays, entourée de cités anciennes à la gloire révolue.

On aurait pu aussi s’engouffrer dans un bus, une nuit par ci, une autre par là (tellement de beaux endroits à découvrir) tels des routards hyperactifs, des vagabonds pressés… nonsense!
Il aura fallu 6 mois de doux voyage, pour que l’argument de la bougeotte « on est à 100km d’un site majeur, go! », fusse supplanté par le « qu’est-ce qu’on est bien ici! On reste ». Une pointe de nonchalance s’est fait une belle place dans notre emploi du temps et a réduit nos velléités de planning, nos attentes.

apprendre le backgammon-07315
apprendre ou réapprendre les règles du Backgammon (qu’est-ce que c’est con-con comme jeu)

 

On se refuse toujours d’user de la sentence aussi bien francophone qu’ anglophone (mais d’autres langues s’arrogent-elles cette expression impérialiste?) ON A FAIT l’Inde… Qui nous laisse perplexes! De même, les rencontres faites au gré de la route posent souvent la question aux enfants de connaître leur favourite country. On se dit que c’est tellement difficile, qu’on n’a pas envie de répondre à cette question.

Tout ça pour dire qu’on est resté sagement à Mandalay. Et qu’on y a vu des merveilles, que voici en images. 

or-4655
fabrique artisanale de feuilles d’or pour honorer Buddha

 

pont-07093
les rives de l’Irraddawy

 

taxi-4713
les taxis de Mingun, personne n’est pressé

 

inwa 1-07030
en route vers Inwa, le rythme lent des fleuves

 

mingun-07178 mandalay-07192 mandalay palais-07196

On est aussi un peu dilettante pour le blog du coup… On y tient pourtant, comme une occasion de récit qui permet un peu de digérer les situations vécues, de les mettre en perspective pour s’en souvenir, pour toujours.

On a donc quitté la Birmanie (que tous les locaux appellent Myanmar, campagne marketing opérante de la junte, faut dire que même la pils s’appelle comme ça. À quand l’Europe à la pression?).

Alors est-ce « fair » de voyager dans un pays tenu d’une main très ferme par des militaires au canon leste et à la dévotion sans borne pour les astrologues? Trois jours avant notre arrivée, une manifestation d’étudiants pacifistes a été violemment réprimée. Si le parti d’Aung San Sue Khiy appelait au boycott du tourisme jusqu’en 2011, ce n’est plus la position aujourd’hui. Alors on a essayé de faire la part des choses en choisissant de dépenser chez des petits exploitants même si il est inévitable d’abreuver le pouvoir et ses petits amis, par exemple dans les tickets d’entrée sur les sites ou la taxe sur l’hébergement… Ni tout blanc, ni tout noir, un peu comme à chaque acte de consommation. Le pays est magnifique, voie lactée de pagodes et de gens touchants et communicatifs. Mais pour les tours operators, fait trop chaud, y a trop de bruit et les routes sont mauvaises. Ça c’est pour éloigner le tourisme dénaturant des groupes en bob uniforme.

democracy-07120

Le trait de mélancolie est ce soir forcé par l’actualité du Népal. On a des nouvelles rassurantes de nos hôtes et amis, les petits Belges sont rapatriés, mais le chaos est total et les photos des lieux d’histoire et de vie engloutis nous rendent tristes. Gageons que l’incroyable force et courage des Népalais soient largement soutenus par une aide internationale pour une fois désintéressée ou presque(?). 

Bref, on est cool et paf à la fois!

Birmanie, c’est fini!

4 réflexions au sujet de « Birmanie, c’est fini! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *